S’ expatrier en Afrique, la préparation interculturelle s’impose !

Eric Rondeau, responsable des marchés dans une grande banque du Congo

Eric Rondeau, responsable des marchés au Congo conscient des enjeux interculturels

 

Eric Rondeau: un accompagnement interculturel pour travailler avec des Congolais avant et après son expatriation .

 

 

« Quand j’ai su quelles seraient mes responsabilités en Afrique, au Congo : c’est à dire le développement du réseau des particuliers congolais et le pilotage des agences locales, j’étais conscient des enjeux interculturels qui m’attendaient.  Il me fallait m’y préparer le mieux possible à travers une formation et un accompagnement en management interculturel pour éviter les  impairs culturels.

Un accompagnement en management interculturel personnalisé

« Il ne faut pas hésiter à choisir  un cabinet expert en management interculturel qui puisse proposer un accompagnement très ajusté à ses propres besoins professionnels avec plusieurs étapes dans l’apprentissage de cette nouvelle culture congolaise. Il faut s’imprégner de la culture africaine. Cela a abouti à une formation en management sur mesure avec un décryptage culturel appliqué au Congo, d’abord  en amont de l’expatriation. Ensuite à un accompagnement interculturel personnalisé  à distance, une formation « on the job » pendant plusieurs mois ».

Préparer son expatriation en Afrique

« Le décalage culturel est important.  On découvre un environnement quasi inconnu en Afrique : il y a ce qui est visible, invisible et imprévisible, surtout en Afrique. En France,  certaines méthodes de travail ont fait leurs preuves mais qu’en est-il quand on se retrouve  dans un milieu congolais,  immergé dans un contexte culturel africain très différent  avec des codes et des façons de penser de ma propre culture française ? Il faut pouvoir prendre de la distance et avoir des réponses concrètes avec l’aide du consultant.
Je suis parti de France un peu en « défricheur » : sur place, personne n’est là pour vous indiquer le meilleur chemin à parcourir. Les conseils des uns et des autres restent très subjectifs. Avec cet accompagnement interculturel à distance, j’ai évité bien des impairs irrémédiables.
J’ai donc appris à mieux m’intégrer pour  piloter l’équipe congolaise : il y a quelque chose d’affectif dans les relations professionnelles avec les gens au Congo ; Contrairement à la France, prendre son temps est un gage de réussite. Nous,  Français,  voulons que tout  aille vite. En Afrique, il faut être patient et diplomate ; comprendre au-delà des apparences  le maillage entre les individus, les relations hiérarchiques, la communication non verbale, le rapport au temps, le goût de la fête… si vous n’êtes pas préparé, vous pouvez mal interpréter, avoir de mauvaises surprises et donner de mauvaises réponses dès le départ de votre mission professionnelle…

De nouvelles compétences interculturelles

– D’abord se renseigner sur le pays, ici la république du Congo, Brazzaville, Pointe Noire, les infrastructures, les structures locales, les démarches administratives…
– Se préparer avant et pendant l’expatriation en afrique: par exemple,  prévoir un accompagnement à distance avec un expert interculturel qui vous guide dans un environnement inconnu. Cela m’a permis de m’ajuster sur le terrain, « on the job » et gagner du temps dans mes projets,
– Ne pas rester isolé avec ses propres doutes,   analyser à distance avec l’expert interculturel les comportements de ceux avec lesquels vous travaillez, ce que vous vivez,  pour éviter les incompréhensions et faux pas culturels,
– Respecter les différences interculturelles dans les pratiques professionnelles et les façons de penser tout en étant souple et inventif ; faire évoluer ses propres méthodes de travail en fonction du contexte du pays
– Développer de bonnes relations avec son entourage, savoir être pédagogue, donner des exemples, des anecdotes pour démontrer et faire comprendre, avoir aussi une attitude exemplaire et faire attention aux mots que l’on prononce
– Etre ouvert, patient, sans préjugé et surtout… rester pragmatique.
Avec mes collègues congolais, j’ai développé de nouvelles compétences interculturelles … par exemple,  deviner certaines attentes, ou parler en images et en symboles… Prendre le temps d’expliquer, raconter,  former,  montrer, … faire attention à la manière d’être avec chaque personne selon son âge, son statut, avoir le souci de mettre les  formes …le coach culturel vous permet de ne pas relâcher son ajustement culturel avant que cela ne devienne une seconde nature…»

Si vous souhaitez obtenir davantage d’informations sur nos formations et accompagnements individualisés à distance par nos experts, contactez par email contact@cultures-strategy.com

S'expatrier au congo